Sergio Martinez est considéré comme le champion chez les poids moyens (160 lb).  

Sergio Martinez est considéré comme le champion chez les poids moyens (160 lb).

Crédit photo :
Reuters

Boxe

Martinez, comme un fantôme

Le 20 mars 2012 à 10h24 | Vincent Morin, Agence QMI

Le Montréalais Russ Anber était dans le coin de l'Argentin Sergio Martinez lors de sa victoire par T.-K.-O. contre l'Anglais Matthew Macklin, samedi.

Avec ce triomphe, il a défendu avec succès son titre de champion du monde The Ring des poids moyens par T.-K.-O. au 11e round.

«Ce n'est pas évident de boxer contre Sergio Martinez. Il est tellement rapide. Ses coups sont secs et vifs... il est comme un fantôme. Ses rivaux ont l'impression de faire de la boxe imaginaire», a lancé Anber.

Martinez (49-2-2, 28 K.-O.) était tout de même en retard au pointage après huit rounds contre Macklin (28-4, 19 K.-O.). Il a aussi visité le tapis au septième assaut.

«Il avait des couilles le "kid". C'était un vrai Irlandais, a-t-il avoué. Il a fait tout ce qu'il pouvait contre Sergio et a boxé au lieu de foncer en ligne droite. J'ai parlé à son entraîneur, James "Buddy" McGirt. Je lui ai dit que plusieurs étaient surpris que Macklin ne fonce pas davantage. Il m'a répondu : ‘‘Tu ne fonces pas dans un camion''.»

«Les pointages des juges et du réseau HBO me laissent toutefois perplexes, surtout le pointage de 103-103 après 11 rounds de Julie Lederman, a-t-il renchéri. Pour moi, Martinez faisait ce qu'il voulait et à partir du neuvième round, il a ouvert la machine. La chute était également ridicule. C'était un croc-en-jambe.»

À la recherche de rivaux

Surnommé «Maravilla», Sergio Martinez est considéré comme le troisième meilleur boxeur livre pour livre de la planète et le véritable champion chez les poids moyens (160 lb). Pourtant, il ne détient actuellement aucune ceinture mondiale des organismes de sanction majeurs du monde pugilistique.

Et il est également à la recherche d'un rival de renom. À 37 ans, le temps commence à presser pour l'homme natif de Buenos Aires, mais qui demeure à Oxnard, en Californie.

«Il est sous contrat avec HBO et ils passent leur temps à le dénigrer, a affirmé Anber, dégoutté par l'attitude de la puissante chaîne américaine. Le commentateur Larry Merchant est un bouffon de lui demander de monter de poids. Sergio a déjà changé de catégorie en allant chez les poids moyens, il n'est pas un vrai 160 livres. Il pesait 157 livres lors de la pesée face à Macklin, c'est un 154 livres naturel.»

«Merchant pointe Lucian Bute et Andre Ward comme éventuels adversaires, des gars pesant 20 ou 25 livres de plus que Sergio. Ward a notamment gagné une médaille d'or olympique à 178 livres, ça n'a aucun sens, a-t-il ajouté. Pourquoi Merchant n'a pas nommé Julio Cesar Chavez, champion WBC à 160 livres? Il est signé par HBO lui aussi... faites ce combat! Sinon, Manny Pacquiao et Floyd Mayweather boxent à 150 livres, pourquoi ne l'affrontent-ils pas?»

Commentaires :