Stéphan Larouche  

Stéphan Larouche

Crédit photo :
Agence QMI

Combats

Le facteur chance

Le 21 mars 2012 à 10h20 | Vincent Morin, Agence QMI

L'entraîneur de Lucian Bute, Stéphan Larouche, croit que la chance pourrait être un facteur dans le combat de son poulain contre Carl Froch, le 26 mai à Nottingham.

À lire aussi : «On s'en va en enfer»

«C'est le genre de rencontre dont la boxe a besoin: un vrai combat, a-t-il lancé mercredi. Ça va être difficile. Il faut donc se préparer adéquatement, avoir la volonté de gagner et de compter sur un peu de chance.»

«Il y a des miracles en boxe. On peut dire que c'est un miracle que Lucian a pu tenir sur ses pieds à la fin du premier combat contre Librado Andrade, a-t-il ajouté. Du côté de Froch, son miracle a été de revenir du tapis et d'arrêter l'Américain Jermain Taylor au 12e round alors qu'il perdait aux points.»

La réplique de Froch

Carl Froch (28-2, 20 K.-O.) n'achète pas la théorie de Stéphan Larouche. Et il est convaincu que Lucian Bute (30-0, 24 K.-O.) n'accomplira pas de «miracle» en Angleterre.

«Je ne crois pas aux miracles. En fait, ça n'a rien à voir avec la chance, mais avec le courage et le dur labeur au gymnase, a-t-il mentionné. Le véritable miracle, c'est de pouvoir affronter Bute chez moi!»

«Il est toutefois mieux d'être prêt, parce que je vais gagner, a-t-il assuré. Je le respecte, il est invaincu et il a des couilles. Ce sera une rencontre entre deux vrais athlètes élites. Oui je reviens d'une défaite, mais je n'étais pas moi-même lors de ma défaite serrée face à Andre Ward.»

Le gérant de Froch, Eddie Hearn, voit le Montréalais d'origine roumaine comme un défi de taille.

«Bute vient de prouver quel genre de battant il est en acceptant de venir en Angleterre, a-t-il avoué. C'est un vrai guerrier. Il viendra dans une véritable fosse aux lions où 9000 partisans britanniques seront entassés.»

«Après huit super combats de suite, notamment face à Jean Pascal, Jermain Taylor, Andre Dirrell, Mikkel Kessler, Arthur Abraham, Glen Johnson et Andre Ward, j'ai dit à Carl qu'on devrait prendre un affrontement plus facile. Il m'a répondu "c'est quoi ça?", a-t-il renchéri. C'est vraiment le meilleur combat présentement chez les super-moyens.»

La vitesse fait foi de tout

Stratégiquement parlant, Stéphan Larouche a déjà un plan bien défini. Il compte capitaliser sur le principal atout de son protégé: la vitesse.

«En boxe, la vitesse fait foi de tout, a-t-il expliqué. On veut faire ce que Joe Calzaghe (également un gaucher) a fait aux États-Unis contre Bernard Hopkins et Roy Jones Jr. ou encore produire une performance comme celle d'Antonio Tarver face à Danny Green en Australie. On se préparera adéquatement en Floride.»

Commentaires :