F1

La journée «Portes ouvertes» annulée

Le 3 juin 2012 à 7h48 | Agence QMI

La direction du Grand Prix de Formule 1 du Canada a annoncé dimanche l'annulation de la traditionnelle journée portes ouvertes qui devait avoir lieu jeudi prochain, sur le circuit Gilles-Villeneuve.

À LIRE ÉGALEMENT | Les amateurs sont furieux

Cette décision a été rendue nécessaire en raison des diverses manifestations se déroulant dans la métropole, en marge de la grève étudiante. Après avoir analysé la situation, le Groupe de course Octane, qui organise l'événement touristique le plus en vue au pays, a jugé bon de restreindre les accès aux installations et à la voie des puits de ravitaillement lors de la dernière journée précédant les premiers tours de piste. Cette décision vise notamment à protéger l'équipement et les voitures.

«Nous y pensions depuis quelques jours. Ce n'est pas un cas particulier, mais plus la situation dans son ensemble, a commenté le président et chef de la direction d'Octane, François Dumontier, dans une entrevue livrée à l'Agence QMI. Aussi, je ne voulais pas prendre de chance. Cette journée est ouverte à tous, l'accès est gratuit à tout le monde et nous ne pouvons pas réellement contrôler ce qui va se passer.

«Encore une fois, je veux exprimer mes sincères excuses, car c'est habituellement une belle occasion pour les gens d'amener leurs enfants et de voir les voitures de près, tout en ayant droit à une séance d'autographes.»

«Cependant, notre premier devoir est d'assurer le confort et la sécurité des partisans et des spectateurs, ce que nous serons en mesure de faire dès l'ouverture des tourniquets, vendredi matin, et tout au long du week-end. Or, les annonces de perturbations formulées, l'admission gratuite et le caractère plus ouvert de la journée portes ouvertes présentaient certains risques que nous ne pouvions prendre», a ajouté Dumontier dans un communiqué diffusé par le site internet du Grand Prix du Canada.

Précédemment, celui-ci n'avait écarté aucune possibilité lors de différentes entrevues accordées aux membres des médias.

«La sécurité sera aussi augmentée sur le site, ce qui est d'ailleurs plus facile, puisque le circuit se trouve sur une île», a mentionné M. Dumontier à TVA Nouvelles.

La CLASSE ne comprend pas

En congrès au Collège de Valleyfield, un des porte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois, s'est dit surpris de cette nouvelle. «Je ne comprends pas cette décision. Ce qu'on a annoncé, c'est une action de visibilité qui n'avait pas pour but de nuire à la sécurité des gens. Notre objectif était surtout d'échanger avec la population. Je crois que les touristes auraient apprécié être informés de la situation. Quand il y a crise sociale, il faut que ça paraisse. (...) On n'arrêtera pas de manifester parce qu'il y a une course automobile à Montréal», a-t-il commenté à l'hebdo «Le Soleil de Valleyfield», dimanche.

De son côté, le maire de Montréal, Gérald Tremblay, n'a pas voulu accorder d'entrevue. Son porte-parole, Sébastien Bonneau, s'est dit très déçu.

«La Ville trouve cela très dommage que les citoyens soient privés d'une activité fort populaire. Cet événement démontre, une fois de plus, l'importance pour le gouvernement de reprendre les négociations avec les associations étudiantes pour que les citoyens de Montréal puissent bénéficier des nombreuses activités de la ville cet été», a-t-il expliqué.

Plusieurs menaces

Le Grand Prix fait l'objet de plusieurs menaces depuis quelques semaines. Dans le compte-rendu de son assemblée générale tenue le 9 mai, l'Association facultaire des arts de l'UQAM a été le premier groupe à évoquer publiquement une possible perturbation.

Reconnu pour ses attaques informatiques à l'égard des gouvernements et d'organisations bien en vue, Anonymous a ensuite indiqué vouloir pirater les données des sites internet faisant la vente de billets du Grand Prix. Il a notamment mis la main sur les renseignements de clients s'étant procuré des laissez-passer à partir d'un site européen.

Également, au cours des récentes négociations impliquant les étudiants et la ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, Michelle Courchesne, les représentants de la CLASSE ont émis une déclaration exprimant leur volonté de nuire à l'événement qui se déroulera du 8 au 10 juin.

Peu après, des tracts avaient été remis lors d'une manifestation nocturne au par Émilie-Gamelin afin d'inciter les gens à paralyser le cocktail d'ouverture du Grand Prix prévu jeudi.


Commentaires :