Hugo Houle  

Hugo Houle

Crédit photo :
Agence QMI

Cyclisme

Hugo Houle l'emporte

Le 29 juillet 2012 à 17h49 | Piel Côté, Agence QMI

Le cycliste Hugo Houle a peiné dans la cinquième étape du Tour de Québec masculin, dimanche, mais il a tout de même remporté le cumulatif au terme de cette épreuve à saveur de controverse.

«J'étais un peu fâché sur le coup, parce que je suis un gars intense, mais quand les leaders prennent un tour, le peloton n'est pas supposé les aider», a dit Houle, qui a vu Bruno Langlois profiter de l'aspiration des autres cyclistes.

Langlois, qui a remporté l'étape, était le seul concurrent qui aurait pu bousculer l'ordre établi et désarçonner Houle du sommet du classement général. Langlois a finalement pris le troisième rang du général, suivi de son coéquipier Antoine Duchesne.

À mi-course, Langlois est reparti en solitaire, après s'être reposé dans un des groupes de cyclistes et, pendant ce temps, Houle bouillait seul derrière, dans la chaleur, à tenter de rattraper Langlois.

«Ils m'ont fait payer. J'avais encore du jus et je n'ai jamais paniqué, mais j'avais le jaune et il fallait que je réponde à cette attaque», a dit Houle, reconnaissant que la course avait été difficile.

«Ça faisait mal»

De son côté, Langlois a fait le même constat, sa journée au bureau fut douloureuse. «Je voulais gagner et nous avons couru de manière combative. On a mis de la pression, mais tout le monde était accoté, a-t-il dit en se pointant la gorge. Ça faisait mal.»

«J'avais l'intention d'attaquer, mais je n'ai pas roulé pour creuser l'écart, surtout pour brûler les autres», a ajouté Langlois, se désolant de n'avoir pu réussir une sortie plus rapide lors de la troisième étape.

«Si j'avais fait un meilleur temps au contre-le-montre...», a-t-il conclu, sous-entendant que le classement général aurait pu être différent.

Garneau-Québecor n'y peut rien

La tenace formation Garneau-Québecor a gagné quatre des cinq étapes et malgré tous les efforts déployés par ses membres, ceux-ci n'ont jamais pu déloger Houle du sommet.

«On a joué nos cartes comme on a pu et on a fait une course parfaite, en remportant quatre étapes, mais même s'ils n'étaient que deux, Hugo Houle et David Boily sont en forme et ce sont deux des meilleurs coureurs U-23 au Canada», a complimenté Antoine Duchesne.

«On a gagné le classement par équipe, mais c'est le jaune qu'on voulait», a-t-il enchaîné.

Provost en toute simplicité

Profitant toujours d'un coussin datant de l'étape initiale du contre-la-montre, Ariane Provost, de l'équipe Stevens Racing, a remporté le Tour de Québec féminin.

«C'était difficile, j'étais fatiguée, mais comme j'ai dit hier [samedi], je n'avais pas à aller dans les échappées et à travailler. Je n'avais qu'à embarquer dans les roues et à suivre», a-t-elle expliqué.

Elle a aussi souligné que sa coéquipière Évelyne Gagnon avait accompli du bon boulot en roulant devant, dans l'échappée. «Ça m'a permis de me reposer.»

Provost a aussi signalé qu'elle ne s'est jamais vraiment sentie menacée par la deuxième, Catherine Dessureault. «La deuxième au classement général n'était pas loin et comme c'était un critérium assez technique avec plusieurs virages et un long faux plat, elle aurait pu avoir des chances de revenir, mais c'est ce que je surveillais, à savoir s'il se formait une échappée dangereuse», a dit Provost.

Dessureault, qui pointait à 12 secondes derrière Provost après la deuxième étape, a finalement terminé à 16 secondes et Gabrielle Pilote-Fortin a terminé troisième au classement général.

Rodrigue s'offre l'étape

Isabelle Rodrigue, qui avait pris le sixième rang au critérium, à plus de 50 secondes de Provost et le 10e rang au critérium de Saint-Augustin, a pour sa part remporté la troisième et dernière étape du TDQ 2012.

Elle a devancé Élizabeth Albert, sprinteuse reconnue, dans l'effort final. Gabrielle Pilote-Fortin est montée sur la dernière marche du podium. Albert peut toutefois se consoler puisqu'elle a remporté le classement des points, en plus de la deuxième étape.

Cela lui a permis de se hisser au cinquième échelon du cumulatif, elle qui occupait le sixième avant l'étape ultime.

Commentaires :