Les experts

Tous les experts

 

Andres Fabricio Romero

Crédit photo :
Impact de Montréal

Impact

Le jeu des spéculations

Le 8 février 2013 à 16h16 | Frederic Lord

En entretien avec ma talentueuse collègue Élizabeth Rancourt, le directeur des opérations soccer de l’Impact, Matt Jordan, a confirmé à mots à peine couverts que l’équipe aura à trouver une façon de se conformer au plafond salarial de la MLS (NDLR : 2,95 millions cette année).

En somme, avec l’arrivée d’Andres Fabricio Romero, l’Impact est «au-dessus du cap».

En MLS, il existe plusieurs façons de se conformer au plafond salarial. Les règles sont tellement alambiquées que même les directions administratives de chaque équipe en découvrent de nouveaux aspects chaque jour (histoire vraie!).

Bref, la convention a une patine de mystère… ce qui ajoute un petit côté folklorique à la première division américaine.

Mais, pour l’Impact, on ne peut qu’assumer que la seule façon de s’en sortir sera de jeter du lest; se départir d’un ou plusieurs de ses joueurs.

Les candidats?

Davy Arnaud : Premier nom qui vient en tête. Il a en partie été victime de la – trop grande – confiance que Jesse Marsch a placée en lui. Pour lui faire justice, il faut réaffirmer qu’il a joué hors position une majeure partie de la saison.

Depuis le début du camp, la communication est très bonne entre le capitaine et l’entraîneur Marco Schällibaum. Ce dernier a d’ailleurs insisté sur le respect de l’homme, du vétéran, du capitaine de cette équipe.

A-t-on des plans pour Arnaud? Ne serait-il pas mieux aux États-Unis près des siens? À suivre.

Zarek Valentin : Depuis le début du camp, il semble se retrouver en compétition avec Jeb Brovsky pour le rôle de défenseur latéral droit.

La différence entre les deux joueurs? Le salaire de Valentin est près du triple de son adversaire.

Est-il trois fois meilleur? Au personnel technique de juger.

Dennis Iapichino : Le personnel technique a été impressionné par son niveau au cours du voyage en Italie. Mais depuis le début du camp, on lui préfère Maxim Tissot au poste de latéral gauche. Ce dernier est d’ailleurs en train de se forger une belle complicité avec Justin Mapp.

L’entraîneur Schällibaum le connaît bien. Est-il en mesure de trouver sa place en MLS?

Sanna Nyassi : À l’Impact, on aime bien ce que le jeune Gambien peut apporter à l’équipe. Vitesse, folie…

Mais qu’elle place peut-il prendre dans la rotation de Schällibaum?

À l’entraînement, on l’a vu tout juste sous l’attaquant, sur l’aile gauche aussi où on semble préférer Justin Mapp. Nick De Santis a aussi parlé de lui comme 3e attaquant.

Est-ce que le Fire de Chicago ne se cherche pas un peu de vitesse depuis le départ de Dominic Oduro?

Sinisa Ubiparipovic : Son salaire n’est pas le plus imposant, mais il est difficile d’envisager quelle place le milieu prendra au sein de la rotation.

Sous-utilisé à mon sens l’an dernier, Ubi n’a pas impressionné le personnel technique durant le voyage en Italie.

Il n’a pas la vitesse pour jouer sur les ailes et Felipe et Andrea Pisanu lui sont supérieurs en #10. Les jeunes Calum Mallace, Zak Messoudi et, dans une certaine mesure Collen Warner sont des choix plus judicieux pour compléter l’effectif.

Quelle place pour lui?

Collen Warner : Encore là, au niveau salaire, on n’a pas l’impression que son contrat est un fardeau.

Par contre, il a connu une bonne saison l’an dernier et constitue une excellente monnaie d’échange.

De «l’allocation money» pour donner un peu d’air à la masse salariale?

Troy Perkins : Celui-ci semble de plus en plus improbable. Mais un fait demeure, il gagne beaucoup plus d’argent que Evan Bush?

Le triumvirat de défenseurs : Alessandro Nesta est là pour rester. Matteo Ferrari est clairement le plus en forme et a excellé l’an dernier. Nelson Rivas fait encore du vélo stationnaire.

Ce dernier a-t-il un contrat garanti?

2

Commentaires :