Les experts

Tous les experts

Joey Saputo, Marco Schällibaum, Nick DeSantis  

Joey Saputo, Marco Schällibaum, Nick DeSantis

Crédit photo :
Agence QMI

Impact

Pourquoi pas?

Le 8 janvier 2013 à 14h57 | Frédéric Lord

En sondant les collègues à travers la ligue, la nomination de Marco Schällibaum à titre d’entraîneur de l’Impact laisse quelque peu sceptique.

C’est le moins que l’on puisse dire.

Nombreux sont ceux qui soulignent le manque d’expérience et – surtout – de connaissance de la MLS du nouveau patron du XI montréalais.

Les journalistes avec lesquels je me suis entretenu ont vite fait de souligner le bide d’Aaron Winter avec le Toronto FC et le fait que 9 des 10 équipes en séries éliminatoires l’an dernier étaient  pilotées par un mâle blanc originaire du pays de l’Oncle Sam.

Le 10e,  le suédois Hans Backe, a été congédié aussitôt la saison terminée.

Mais, j’en ai déjà parlé, à l’Impact de Montréal, on fait les choses à notre manière.

… et rien n’est plus intéressant à mon sens.

Combien de fois, dans le monde du sport, on nous rebat les oreilles avec « l’idée d’identité ».

À l’Impact, c’est de plus en plus clair.

Jusqu’ici, aucun analyste ne peut affirmer si « Schälli » est un bon choix. Nous n’étions pas du processus d’entrevue et il est impossible de savoir avec acuité quelle vision porte le Suisse vers la métropole québécoise.

Mais, quelques points permettent d’espérer pour le mieux

-C’est un formateur. Saura-t-il comprendre et s’arrimer au travail des gens de l’Académie?

-C’est un Européen. Marco Di Vaio n’avait-il pas déclaré que c’est ce qu’il manquait à la MLS? Un peu de savoir-faire tactique à l’Européenne? Parlez-en à Justin Mapp

-Felipe, un des trois joueurs les plus importants du club, semble heureux de son embauche.

-Il parle français. Saura-t-il embrasser la culture? Disons qu’on part d’un peu moins loin.

-Des journalistes suisses insistent sur son « approche intellectuelle » du soccer. Quoi de mieux pour plaire à « l’étudiant de la game » qu’est Patrice Bernier.

-Alessandro Nesta aime aussi discuter tactique…

Bref, à Montréal, on fait les choses à notre façon.

Pourquoi pas?

0

Commentaires :