LNH

La médiation : une option considérée par l'AJLNH

Le 16 novembre 2012 à 13h55 | TVA Sports

De toute évidence, les joueurs en ont ras-le-bol du lock-out.

Donald et Steve Fehr, respectivement président et conseiller spécial de l'Association des joueurs (AJLNH), contemplent même l'idée de faire appel au travail d'un médiateur si cela pouvait faire avancer le conflit.

«C'est à la LNH de décider si cette option les intéresse, a expliqué Mathieu Darche lorsque rencontré par la chaîne TVA Sports. De notre côté, je sais que Steve et Donald (Fehr) en ont parlé et qu'ils seraient prêts à regarder vers cette option si ça peut nous aider à régler le conflit.»

Avec le lock-out qui s'étire et qui ne semble pas près d'être réglé, la grogne se fait de plus en plus sentir, tant du côté des joueurs que du côté de la LNH. Le défenseur des Red Wings de Detroit Ian White a même qualifié le commissaire Gary Bettman d'idiot, vendredi.

«C'est trop long! a admis Josh Gorges. Nous avons déjà perdu trop de temps. Nous voulons recommencer à jouer, mais nous devons avoir de l'aide de l'autre côté si nous voulons que les choses avancent.»

En ce 62e jour de lock-out, rien ne va plus. Le commissaire adjoint, Bill Daly, se dit découragé et Bettman a proposé une pause de deux semaines dans les pourparlers.

Une pause?

Du côté des joueurs, les opinions diffèrent quant à savoir si cette situation peut aider les négociations.

«J'espère que ça ne se fera pas, a affirmé Darche. Il (Bettman) l'a suggéré, mais de notre côté, on veut se rencontrer. S'il force une pause, on ne peut rien faire, mais je trouve ça dommage que ça arrive maintenant, alors qu'on est relativement près sur la plupart des aspects. Depuis le début, la LNH a un plan de match, une stratégie, et elle semble la suivre.»

«Je ne crois pas que nous ayons besoin de ça, je ne vois pas l'utilité derrière une telle pause, a renchéri Gorges. Je ne sais pas en quoi cela pourrait aider à conclure une entente.»

Pour Guillaume Latendresse, une pause ne serait peut-être pas une si mauvaise idée.

«La dernière fois qu'il y a eu une pause, on voit qu'est-ce que ça a donné : ils sont revenus quatre ou cinq jours à la table de négociations avec de nouvelles idées. Peut-être que ces deux semaines, ça va leur donner du temps pour réfléchir et que ça va leur mettre de la pression. Après ça, ils vont revenir à la table de négociations et peut-être que ça peut se régler...»

Pas de rencontre à l'horaire

Bill Daly, de la Ligue nationale de hockey et Steve Fehr, de l'Association des joueurs, se sont brièvement parlé au téléphone, vendredi.

Mais attention, il n'y a pas matière à se réjouir d'entendre une telle chose, puisqu'aucune rencontre n'a été planifiée entre les deux parties.

Commentaires :