Derek Stepan a joué un rôle crucial dans la victoire des Rangers.  

Derek Stepan a joué un rôle crucial dans la victoire des Rangers.

Crédit photo :
AFP/Getty

LNH

Le vent tourne

Le 23 avril 2012 à 13h12 | TVA Sports avec l'Agence QMI

Le retour du capitaine Daniel Alfredsson n'a pas empêché les Sénateurs d'Ottawa de s'incliner 3-2 devant leurs partisans, lundi contre les Rangers de New York.

Les «Blue Shirts» ont ainsi évité l'élimination et forcé la tenue d'un septième match, jeudi prochain au Madison Square Garden de New York.

À VOIR | Le tableau des séries

À LIRE ÉGALEMENT | Une première historique pour les Coyotes

La foule de la Place Banque Scotia a gardé espoir jusqu'à la toute fin, grâce au but de Jason Spezza qui a porté la marque à 3-2 avec 39 secondes à jouer à la rencontre. Chris Neil a semblé pousser la rondelle dans le filet avec son patin, ce qui a fait en sorte que le but a été longuement révisé. Le décision des officiels a été conservée, mais cela s'est avéré trop peu, trop tard, de toute façon.

«C'est incroyable, a déclaré à ce sujet le gardien des Rangers, Henrik Lundqvist. Je suis encore exaspéré, parce que nous avions ce match en main et cela leur a donné une chance. Quelqu'un voulait qu'ils gagnent, il n'y a aucune autre explication.»

Lundqvist a contribué au succès des siens en repoussant 25 des 27 rondelles dirigées vers lui.

Derek Stepan s'est illustré dans le camp new-yorkais avec un but et deux mentions d'aide. Brad Richards a lui aussi bien fait avec un but, en plus de se faire complice du filet de Stepan.

«Nous n'étions pas concentrés, nous étions distraits, a expliqué l'entraîneur-chef des Sénateurs, Paul MacLean. Nous avons marqué le premier but, mais nous avons joué du hockey de rattrapage pendant la majeure partie de la rencontre.»

Un bon départ, puis tout s'écroule

L'attaquant des Rangers Mike Rupp était au banc des pénalités au premier vingt quand les Sénateurs ont d'abord pris les devants. Un lancer frappé de Sergei Gonchar à partir de la pointe, dévié par son coéquipier Chris Neil, a frayé son chemin jusque derrière Lundqvist.

Les Rangers ont créé l'égalité 1-1 en milieu de deuxième période, eux aussi avec l'avantage d'un homme alors que Milan Michalek purgeait une pénalité mineure pour avoir retenu Marc Staal. C'est Derek Stepan qui est parvenu à déjouer en premier le gardien des Sénateurs, Craig Anderson.

En fin d'engagement, les Sénateurs ont été assommés par les «Blue Shirts» grâce à deux buts en un peu plus de deux minutes. Brad Richards (en supériorité numérique) et Chris Kreider se sont inscrit à la feuille de pointage. Stepan a obtenu une mention d'aide lors des deux séquences.

Tout a été initié par une pénalité controversée décernée à Nick Foligno, des Sénateurs, pour avoir gêné le travail de Lundqvist. Foligno a rejoint son coéquipier Filip Kuba, déjà au banc des pénalités, et laissé les siens en situation de trois contre cinq. Les visiteurs en ont profité.

«Nick se dirigeait à côté du filet quand il a été poussé sur le gardien par leur défenseur. Je ne comprends pas la décision des arbitres», a déclaré Alfredsson après le match.

«Les Rangers se sont emparés du momentum grâce à ça», s'est désolé Jason Spezza.

Au terme de la rencontre, Anderson a accordé trois buts sur 22 lancers. Son vis-à-vis a brillé. Lundqvist a notamment bloqué un lancer d'Alfredsson qui s'était échappé au deuxième tiers, alors que le pointage était encore de 1-1.

Le capitaine des Sénateurs effectuait un retour au jeu après avoir raté les trois derniers matchs en raison d'une commotion cérébrale. Il avait été blessé lorsqu'il avait été frappé à la tête par Carl Hagelin, durant la deuxième rencontre. Le Suédois a chaleureusement été accueilli et grandement applaudi par ses partisans.

L'affrontement a été ponctué d'une bagarre lors de la première période entre Chris Neil et Brandon Prust. Les deux joueurs s'étaient adressé quelques mots préalablement lors d'une mise en jeu dans les premiers instants de la rencontre.

Les Rangers ont dû se débrouiller sans les services de l'attaquant Brian Boyle, qui n'a pas fait le voyage dans la capitale nationale. Il est aux prises avec une commotion cérébrale, survenue lorsqu'il a été mis en échec par Neil, samedi. Le joueur des Sénateurs n'a pas été sanctionné par la LNH.

Commentaires :