LNH

Un premier feu vert pour Jamison

Le 7 mai 2012 à 17h01 | TVA Sports et Agence QMI

Greg Jamison tient vraisemblablement à garder une équipe de la Ligue nationale de hockey dans le désert de l'Arizona.

Une entente de principe a été conclue entre la LNH et l'homme d'affaires pour l'achat des Coyotes de Phoenix, a annoncé lundi le commissaire Gary Bettman, lors d'une conférence de presse, à Glendale.

À LIRE AUSSI :

«Je ne crois pas à ça» - Alain Côté

Québec reste dans la course

Gary Bettman achète du temps

Cours 101 sur la saga avec Patrick Caisse

Les Coyotes envoient les Predators en vacances

À VOIR :

Le reportage de Frédérique Guay

Québec doit encore espérer

«La LNH et le groupe de Greg Jamison en sont venus à une entente de principe pour garder les Coyotes à Phoenix», a indiqué Bettman. [...] Les Coyotes font partie d'un bon marché sportif, c'est une belle organisation et ils disposent d'un bon amphithéâtre.»

Jamison, ancien président des Sharks de San Jose, s'est dit heureux d'avoir été confirmé dans son titre de sauveteur de la concession.

«Notre groupe est très excité d'aller de l'avant, a-t-il déclaré. Nous voulons faire partie de l'équipe et aider les Coyotes à avoir le succès qu'ils connaissent présentement.»

L'entente devrait être finalisée dans les prochaines semaines, a expliqué Bettman, en précisant que de nombreuses rencontres ont eu lieu entre Jamison et lui, lundi après-midi.

«Les négociations sont sur la bonne voie, mais je refuse de préciser un calendrier pour atteindre l'objectif final. On parle toutefois en semaines plutôt qu'en termes de mois.»

Le groupe d'hommes d'affaires mené par Jamison doit cependant s'entendre avec la Ville de Glendale sur la gestion du Jobing.com Arena. L'entente devra aussi être approuvée par les autres propriétaires de la LNH et le conseil municipal de Glendale.

Cette annonce met fin à plusieurs mois de spéculations sur l'avenir de la concession et diminue considérablement les espoirs de la voir déménagée à Québec.

Le commissaire de la LNH a d'ailleurs été clair sur les chances de déménagement de la formation de l'Arizona.

«Nous n'avons jamais pensé à aucun autre endroit que Glendale pour les Coyotes. Nous ne pouvons pas commencer à comparer les marchés potentiels. Nous travaillons pour garder les équipes où elles sont déjà situées», a-t-il soutenu.

La Ville sera-t-elle d'accord?

La Ville de Glendale a versé un montant de 25 millions $ par année à la LNH, lors des deux dernières saisons. Cette année, les membres du conseil ainsi que la mairesse Elaine Scruggs ne veulent pas verser une telle somme au circuit Bettman.

Selon l'Arizona Republic, Jamison pourrait bénéficier d'une aide financière annuelle allant jusqu'à 20 millions $ pour les frais d'exploitation de l'amphithéâtre.

Lors du dernier conseil municipal, la conseillère municipale Joyce Clark a avancé que quatre élus sur sept s'étaient toutefois montrés en faveur d'une aide de 17 millions $ pour la gestion du domicile des Coyotes.

Le vote du budget municipal n'aura toutefois lieu que le 22 mai prochain.

L'Institut Goldwater : un vrai chien de garde

L'Institut Goldwater est un organisme à but non lucratif fondé en 1988. Basé à Phoenix, cet organisme a pour but de protéger les citoyens contre le gouvernement si ce dernier tente d'outrepasser son autorité constitutionnelle.

Or, dans l'éventualité où la Ville de Glendale mettrait trop d'argent sur la table pour garder les Coyotes, les citoyens pourraient faire appel à l'Institut Goldwater pour les défendre devant les tribunaux.

Bettman a toutefois apporté un bémol concernant une possible intervention d'un troisième groupe dans le conflit.

«La structure de l'entente est différente de ce que nous avons déjà proposé auparavant. Si un troisième groupe désirait intervenir, nous devrions tout de même être capable d'effectuer la vente. Ils (L'institut Goldwater) font ce qu'ils ont à faire. Nous espérons qu'ils ne le ferons pas, mais je ne vois pas pourquoi ils le feraient», a-t-il indiqué.

Surexcitation

Visiblement, le commissaire a été agacé par les rumeurs qui se sont répandues comme une traînée de poudre aux quatre coins du continent au cours de la journée de lundi. Il a qualifié cet emballement de «overhype».

«Ma présence à Glendale durant les séries éliminatoires ne devrait pas étonner les gens [des médias]», a lancé Gary Bettman.

On lui a demandé s'il visait les gens de Québec par ce commentaire, le commissaire s'en est bien défendu.

«Actuellement, sachez que notre attention est dirigée uniquement vers Glendale et les Coyotes. Toutefois, quand je parle d'excitation, je ne fais pas référence à Québec. Je parlais seulement de la situation que nous avons vécue au cours des dernières heures. Au bureau de la ligue, on a reçu de nombreux courriels et demandes d'entrevue», a conclu le commissaire, avant de rappeler aux membres du parterre qu'un match allait bientôt débuter.

Sans propriétaire depuis 2009

La LNH possède les Coyotes depuis 2009, après que l'équipe eut été placée sous la protection de la loi sur les faillites par son propriétaire précédent, Jerry Moyes.

L'homme d'affaires canadien Jim Balsillie a voulu se porter acquéreur de l'équipe afin de la déménager à Hamilton et s'était entendu avec Moyes à ce sujet, mais la LNH s'est opposée à l'entente, qui était selon elle en violation avec ses règles. Les tribunaux lui ont donné raison par la suite.

La ligue cherchait depuis un acheteur pour la concession qui accumule les déficits depuis son arrivée en Arizona, en 1996, après avoir quitté Winnipeg.

En 2011, l'homme d'affaires de Chicago Matthew Hulsizer avait tenté d'acheter l'équipe. Il avait cependant décidé de renoncer à son projet lorsque l'Institut Goldwater s'était opposé à la vente d'obligations pour financer un prêt de 100 millions $ que lui aurait fait la Ville de Glendale.

Un groupe mené par l'homme d'affaires Jerry Reinsdorf, propriétaire des White Sox de Chicago du baseball majeur et des Bulls de Chicago de la NBA, était également considéré comme un acheteur potentiel pour la formation.

Commentaires :