Hockey

«Nathan prend moins de risques» - Jacques Beaulieu

Le 19 mai 2012 à 18h13 | TVA Sports

En tant qu'entraîneur-chef dans l'Ontario Hockey League (OHL), avec le Sting de Sarnia, Jacques Beaulieu a une façon plus différente de voir le jeu de son fils, Nathan Beaulieu, que d'autres. Il soutient donc que le choix de première ronde des Canadiens a beaucoup amélioré son jeu défensif par rapport à l'an dernier, à la même date.

À LIRE |

Les champions battus

Hunter n'a pas été contacté par les Canadiens

Nathan Beaulieu contre l'équipe de son enfance

Présent à la Coupe Memorial Mastercard présentée à Shawinigan, Jacques Beaulieu croit notamment que son fils a acquis beaucoup de maturité. «Il a tout de même 19 ans, mais il se comporte très bien sur la patinoire. Il ne prend pas de risques comme il le faisait durant les deux années précédentes.

«Il sait qu'il ne peut pas se permettre de prendre des risques dans la Ligue américaine de hockey (LAH) ou dans la LNH et c'est certain qu'il a modifié quelque peu son jeu», a-t-il affirmé sur les ondes de la chaîne TVA Sports.

L'an prochain, Nathan Beaulieu sera considéré comme un joueur de 20 ans et il pourra donc jouer dans les rangs professionnels avec les Canadiens ou avec le club-école de l'organisation, les Bulldogs de Hamilton. Son père a deux façons de voir les choses par rapport à la destination où le défenseur des Sea Dogs évoluera la saison prochaine.

«Si je parle en tant que père, il est certain que je veux le voir jouer avec les Canadiens. Toutefois, en tant qu'entraîneur, je crois que tous les joueurs devraient passer quelques années dans la LAH pour apprendre les rudiments de la vie chez les professionnels en côtoyant des athlètes de 25 ou de 30 ans.

«Si Marc Bergevin (le directeur général des Canadiens) pense que Nathan peut jouer dès l'an prochain, c'est lui qui prend la décision, mais il est certain qu'il a encore quelques pas à faire avant de pouvoir jouer dans la LNH», a-t-il mentionné.

«Timmins lui parle à tous les deux jours»

Par rapport au Tricolore, l'entraîneur-chef du Sting de Sarnia ajoute que l'organisation communique beaucoup avec Nathan Beaulieu. «Je sais qu'il a eu une conversation avec Bergevin. Je sais aussi que le directeur du recrutement, Trevor Timmins, parle avec lui à presque tous les deux jours».

Le père de Nathan Beaulieu a aussi pu voir de plus près le choix de première ronde des Canadiens en 2010, Jarred Tinordi, puisqu'il a été entraîneur adjoint chez les Knights de London de 2009 à 2011.

«Il est très différent de Nathan. Jarred est plus efficace en désavantage numérique et pour étouffer les attaques de l'adversaire. Nathan est plus offensif et il pourrait jouer en avantage numérique en compagnie de P.K. Subban», a-t-il ajouté.

Commentaires :