Daniel Alfredsson a été frappé à la tête par Carl Hagelin, lors du deuxième match.  

Daniel Alfredsson a été frappé à la tête par Carl Hagelin, lors du deuxième

Crédit photo :
AFP / Getty

Sénateurs

Alfredsson ne jouera pas

Le 16 avril 2012 à 3h09 | TVA Sports et Agence QMI

Depuis que les Sénateurs d'Ottawa sont revenus dans la Ligue nationale de hockey, en 1992, ils ont disputé 111 matchs en séries éliminatoires.

À voir : Tableau des séries

De ces 111 rencontres, Alfredsson n'en a manqué que quatre.

Le capitaine des Sénateurs ne sera pas en mesure de disputer le 112e match. Le Suédois, qui souffre d'une commotion cérébrale, ne sera pas en uniforme pour le troisième match de la série opposant les Sénateurs aux Rangers de New York, lundi soir.

Alfredsson a pourtant participé à l'entraînement matinal de l'équipe. «[Dimanche] était mieux que [samedi] soir. J'ai fait du vélo et je me sentais bien, avait indiqué le capitaine après avoir passé 17 minutes sur la patinoire en compagnie de ses coéquipiers. J'ai été actif à la maison avec les enfants et je me sentais très bien ce matin. La prochaine étape est aujourd'hui [lundi]. On verra comment je me sentirai ensuite.»

Au final, Alfredsson ne se sentait pas assez bien pour disputer la rencontre de lundi soir. «Chaque situation est différente. On les prend comme elles viennent. On ne peut pas forcer les choses.»

L'attaquant a réussi les tests exigés à la suite d'une commotion, mais ce ne fut pas suffisant.

Dimanche, l'entraîneur-chef de la formation, Paul MacLean, avait indiqué que son capitaine se portait mieux, lui qui a reçu un coup à la tête de la part de l'attaquant des Rangers de New York Carl Hagelin, lors du deuxième match de la série, samedi.

«C'est une lourde perte pour nous, a avoué le défenseur Erik Karlsson, qui a joué pendant un peu plus de 30 minutes lors de la deuxième partie. J'espère qu'il ira mieux (lundi). C'est un vétéran qui montre l'exemple et qui est toujours souriant.»

Si Alfredsson a une commotion cérébrale, il est fort possible qu'il ne revienne pas lors de ces séries. Un tel scénario obligerait les Sénateurs à aller au front sans leur meneur. L'attaquant Jason Spezza se dit prêt à relever un tel défi.

«Nous formons un groupe solide, qui s'est tenu du premier jusqu'au dernier match cette saison, a-t-il dit. Il n'y a rien qui semble pouvoir nous arrêter. Le 1er avril dernier, nous avons confirmé notre place en séries avec une victoire de 5-1 contre les Islanders de New York, alors que moi-même et Alfredsson n'étions pas de la rencontre. Ça veut tout dire.

«Il est néanmoins clair que nous espérons tous que notre capitaine reviendra le plus rapidement possible. Nous préférons l'avoir dans la formation, mais s'il ne peut jouer ce soir (lundi), nous allons nous serrer les coudes pour que l'on soit en bonne position dans cette série lorsqu'il reviendra au jeu.»
L'intensité grimpe

Après avoir perdu le premier match 4-2, les Sénateurs sont revenus forts dans la deuxième rencontre pour l'emporter 3-2 en prolongation.

«Nous avions des choses à prouver, a avoué le gardien de but Craig Anderson. Nous voulions jouer de façon intense. Nous avons fait ce que nous avions à faire et nous sommes demeurés un groupe de cinq du début jusqu'à la toute fin. C'est ce qui fait la différence.»

La série a pris une tournure un peu plus robuste lors du dernier duel, lorsque Matt Carkner s'est jeté sur Brian Boyle après que ce dernier ait frappé Karlsson.

«Ce sont les séries, c'est intense, a déclaré Spezza. On fait face à la même équipe, soir après soir. Il est normal que la rivalité soit de plus en plus forte. Nous voyons que l'intensité grimpe de période en période et ça va continuer dans cette voie jusqu'au tout dernier match!»

Commentaires :