Impact

Le Toronto FC perd la Mapp!

Le 1 mai 2013 à 22h00 | TVA Sports

Battu 2-0 au match-aller de la demi-finale du Championnat canadien, l'Impact de Montréal devait marquer au moins deux buts pour rester en vie mercredi au Stade Saputo, contre le Toronto FC.

Dans de telles circonstances, quoi de mieux qu’en marquer six pour accéder à la grande finale canadienne!

Mené par un Justin Mapp en transe (1 but, 1 aide) et un Marco Di Vaio en grande forme (2 buts, 1 aide), l’Impact a servi une sévère correction de 6-0 à ses visiteurs torontois au match-retour.

La rencontre était présentée en direct sur les ondes de la chaîne TVA Sports.

Dure soirée pour Toronto : Les Leafs pas de taille | Les Blue Jays lessivés

«Quand un tigre est blessé, il est très dangereux, a illustré l’entraîneur-chef Marco Schällibaum. Les gars étaient blessés par la défaite de la semaine précédente et ont réagi, c’est ce qui m’a plu.»

Il s’agit de la première victoire de l’histoire de l’Impact en compétition nationale et une première performance de plus de deux buts en 2013.

La finale sera disputée les 15 et 29 mai prochain, contre les Whitecaps de Vancouver, vainqueurs de l'autre demi-finale 2-0, face au Edmonton FC.

Domination d'entrée de jeu

L'Impact a carrément explosé avec trois buts rapides en première demie. La constante sur chacun de ces filets : Mapp, impliqué chaque fois.

Le milieu américain a donné les devants à l'Impact à la 24e minute quand une passe perdue s'est retrouvée sur son pied gauche en plein centre de la surface. Il avait le but au complet à lui seul.

Seulement cinq minutes plus tard, Daniele Paponi a à nouveau prouvé que la direction du onze montréalais avait réalisé un coup fumant en l'obtenant du FC Bologne en Serie A. L'Italien a marqué et créé l'égalité dans la demi-finale en fournissant une avance de deux buts à l'Impact. Le jeu avait été amorcé par Mapp.

Deux buts pour le «substitut» Di Vaio

Paponi avait été placé à l'attaque au côté d'Andrew Wenger, inséré dans la formation pour Marco Di Vaio, normalement au repos. Mais ce dernier est entré en jeu à la 38e minute sur blessure de Paponi, à une cuisse.

Di Vaio a fait des ravages avec Mapp, marquant deux buts.

À la 44e minute, le joueur désigné a reçu une passe parfaite de son coéquipier dans la surface et a converti avec une frappe facile contre laquelle le gardien Stefan Frei ne pouvait rien.

Di Vaio a enregistré une passe décisive sur le but d'Andrés Romero à la 61e minute - une pièce de jeu sublime. Le milieu a foncé, accepté la passe du vétéran et contourné un défenseur du Toronto FC avant de mystifier Frei et porter la marque à 4-0.

Puis, à la 90e minute, Mapp a décoché un boulet de canon à partir de l’orée de la surface. Frei a réalisé un arrêt sublime, mais le retour a été saisi Di Vaio qui n’a eu qu’à pousser la balle au fond du filet.

Les officiels ont ajouté un effarant neuf minutes de temps additionnel pour permettre au Toronto FC de tenter de marquer deux buts et remporter la demi-finale… mais cela a plutôt servi à l’Impact, puisque Andrew Wenger en a profité pour compter le sixième but des siens.

Les hommes de Marco Schällibaum ont été plutôt mauvais dans la Ville-Reine la semaine dernière, étant incapables de cadrer un tir. Cette fois, les Montréalais en ont totalisé 11!

L'Impact perd Paponi

Ombre au tableau dans cette rencontre euphorique : l'Impact a perdu les services de Paponi pour une période de quatre à six semaines.

Outre Paponi, le capitaine Davy Arnaud a quitté le match à la 50e minute après avoir reçu un ballon en plein visage. Le Québécois Patrice Bernier a hérité du brassard de leader.

Le gardien Evan Bush, qui était d’office devant le filet de l’Impact à la place de Troy Perkins, en congé, a dû prendre quelques minutes pour se remettre d’un contact avec son défenseur Hassoun Camara dans sa boîte vers l’heure et quart de jeu.

Le nez ensanglanté, Bush est demeuré dans le match, mouchoirs au nez et a notamment stoppé une attaque d’Ashton Bennett à la 84e minute.

«Vous avez vu un match de championnat, a affirmé le défenseur de l'Impact Jeb Brovsky. Il y a eu du sang et tout le monde a tout donné. Et la foule était derrière nous… Nous n’oublierons jamais ce match.»

Commentaires :